5e prix classes Goncourt : Lauranne Ouziel

Elève en 1ère L au Lycée Dupuy de Lôme à Lorient

Pour «Soudains, seuls» d'Isabelle Autissier

 

Bouteille à la mer



Cher toi,
Je n'ai aucune idée de qui lira cette lettre. Peut-être personne. Quelle importance, de toute façon je ne serai sans doute plus de ce monde avant que cette bouteille atteigne la côte la plus proche.

Je crois que je savais dès le début que ce voyage était une mauvaise idée. Mais je ne pouvais résister. Rien que l'idée de ce tour du monde à la voile m'offrait une décharge d'adrénaline. Tu sais, je me voyais déjà, voguant sur les mers, seule comme le vent. Et puis je m'étais renseignée, j'étais prête, j'avais absolument tout prévu. Du moins c'est ce que je croyais.

J'avais lu un tas de livres, relatant des robinsonnades. L'un deux m'a particulièrement marquée, il est écrit par une navigatrice qui plus est. Il s'agit de Soudains, seuls d'Isabelle Autissier. Elle a vécu beaucoup, elle aussi, elle s'est retrouvée dans des situations périlleuses, mais elle s'en est toujours sortie. Son livre évoque deux jeunes en quête d'aventures et de nouveaux horizons, mais qui, malheureusement, à force d'audace et d'insouciance, finiront par être pris au piège d'une île déserte.

Louise, l'héroïne du livre s'en sortira, tout comme l'a fait l'auteure. C'est un personnage très intéressant, elle garde la tête froide malgré la situation dramatique dans laquelle elle se trouve. J'ai aimé son courage et sa détermination, sa rage de vivre qui l'a fait s'en sortir. Elle porte cependant en elle une honte et une douleur sourde à son retour en France, quelque chose qui la ronge de l'intérieur : elle a laissé Ludovic mourir.

Et, derrière cette course contre la mort, cet ultime combat pour la vie, il y a une portée écologique très appréciable. L'auteure décrit une terre rare, totalement dépourvue de sa faune originelle, annihilée par des années d'industrie du massacre.

Isabelle Autissier a un style léger. Une épure. Tout détail superflu est éliminé. Une belle plume qui se savoure tout en se lisant vite. Mais au delà, ce récit dégage une certaine force, et sonne très vrai. Ce livre et d'autres, mais surtout celui-ci, m'ont donné le goût de l'aventure, je me suis embarquée dans une épopée palpitante. Je suis heureuse d'avoir vu
autant de choses même si cela m'a menée à une mort certaine. Cette histoire fait réfléchir autant qu'elle fait voyager. En effet comme le dit l'auteure, ce livre tend un miroir à notre société sophistiquée, mais où le déclassement et le dénuement guettent chacun. Elle rejoint certaines théories de retour à la nature, forcé ou consenti, qui refont aujourd'hui surface.

Après avoir trouvé de quoi écrire dans ce qu'il me restait, maintenant que j'étais soudain, seule, je me suis mise à la rédaction de cette ultime lettre, qui je l'espère trouvera un lecteur. Ce sera la dernière trace de mon
passage sur La Terre. Seule.