L'environnement

La Bretagne est dotée d’un patrimoine naturel terrestre et marin exceptionnel. Un atout qui fait partie de son identité régionale et lui confère toute son attractivité.

paysage de bretagne intérieure : vue de haut sur une rivière coulant dans un paysage verdoyant

Caroline Ablain

Un patrimoine naturel à l'identité marquée

Falaises, dunes, plages sableuses ou rocheuses, réserves naturelles, le paysage breton est d'une rare diversité. Trois types de végétation le caractérisent : le bocage constitué de haies implantées généralement sur un talus enserrant bois, landes et terres cultivées ; la lande, où dominent bruyères et ajoncs ; la forêt (chênes et hêtres principalement) qui couvre 12 % du territoire régional.
Mais la Bretagne, c'est surtout 2 730 km de littoral (un tiers du littoral métropolitain) qui imprègne l'identité de la région avec 800 îles et îlots, un estran rocheux important, des fonds marins qui offrent une mosaïque exceptionnelle d'habitats et favorisent la biodiversité. 128 espèces végétales protégées, 78 espèces de mammifères sauvages dont 18 espèces de mammifères marins (phoques, dauphins, baleines), plus de 260 espèces d'oiseaux observables... la Bretagne possède un patrimoine naturel d'une grande richesse.

Parcs naturels, réserves régionales et espaces protégés

De la mer d'Iroise aux monts d'Arrée, le parc naturel régional d'Armorique a été aménagé pour préserver le patrimoine naturel et faire découvrir la richesse de la flore et de la faune bretonnes. Deux nouveaux projets sont en cours, le parc Naturel Régional du Golfe du Morbihan et le Parc Naturel Régional Rance Côte d'Emeraude.
Premier du genre en France, le parc naturel marin d'Iroise créé en 2007 prend en compte les spécificités des îles d'Ouessant, Molène et Sein.
La Bretagne compte également 6 réserves naturelles bretonnes, dont l'objectif est de préserver la biodiversité de ces sites et par là même les paysages remarquables qu'ils composent.

L'eau, un patrimoine à préserver

Mieux gérer l'eau et reconquérir sa qualité, qui s'est dégradée en quelques décennies : chacun peut y contribuer (collectivités, agriculteurs, industriels, particuliers). Des programmes de reconquête de la qualité de l'eau ont été mis en œuvre afin d'atteindre le bon état écologique exigé par l'Union européenne à l'horizon 2015.
Le littoral et la mer sont pour 75% des habitants bretons l'atout premier de la région. Elle dispose aussi de nombreux cours d'eau dont les principaux sont la Vilaine, l'Aulne, le Blavet, le Couesnon, la Rance, le Trieux, le Léguer et l'Elorn.

Un fort potentiel dans les énergies propres

La forte dépendance énergétique est l'une des particularités de la Bretagne. Seulement 5 % de l'électricité consommée est produite sur place, provenant essentiellement des centrales hydrauliques, en particulier de l'usine marémotrice de la Rance et du barrage de Guerlédan.

Mais les énergies renouvelables se développent pour produire de l'électricité et de la chaleur :

  • La Bretagne, en particulier avec le Finistère, possède le 2e potentiel éolien de France. Cette ressource jusqu'ici sous-exploitée, connaît aujourd'hui un réel essor : d'ici 2010, 600 à 800 éoliennes supplémentaires devraient voir le jour. Actuellement, 36 parcs éoliens sont en activité.
  • La Région présente aussi de nombreux atouts en matière d'énergies marines (vent, houle, courant, marée). Dans le cadre du programme national IPANEMA (Initiative PArtenariale Nationale pour l'émergence des Energies Marines) plusieurs projets sont en cours : installation d'un prototype d'éolienne flottante en eau profonde, construction d'une ferme hydrolienne pilote au large de l'île de Bréhat. En mars 2008, la première hydrolienne expérimentale de France, baptisée Sabella a été immergée à Bénodet, dans le Finistère.
  • Les ressources bois-énergie : Le chauffage aux plaquettes de bois a permis de couvrir entre 5 et 15 % des besoins en énergie en 2008. En pleine expansion ces dernières années, de nombreux projets de chaufferie aux bois ont vu le jour dans différents types de bâtiments publics, industriels, agricoles, tertiaires ou dans l'habitat collectif.

De l'air !

Respirez... la Bretagne est l'un des territoires français les moins agressés par la pollution de l'air. L'indice «qualité de l'air» est de bonne qualité pour 83 % des villes bretonnes.

Agréé par le ministère de l'écologie et du développement durable, Air Breizh est l'organisme de surveillance, d'étude et d'information sur la qualité de l'air en Bretagne. Le réseau régional dispose de 19 stations de mesure et d'un parc d'une cinquantaine d'analyseurs environ.


Modifié le


Partagez ce contenu