Cours de langue bretonne Pascal Pérennec

Le breton avant l'école

L’apprentissage du breton dès la petite enfance fait l’objet d’une demande de plus en plus forte (dans le cercle familial bien sûr, mais aussi avec les assistant·e·s maternel·le·s et dans les crèches). La Région aide l'association Divskouarn, qui recense et répertorie les structures d'accueil de la petite enfance (crèches, assistante·s maternel·le·s, halte-garderie, etc.) qui proposent un environnement de vie en breton aux tout-petits et soutient le développement du réseau de crèches en breton porté par Babigoù Breizh.

La Région cofinance les aides individuelles Desk/Petite enfance pour apporter un soutien aux personnes se destinant aux métiers de la petite enfance, qui se forment à la langue bretonne dans un centre agréé.

Voir la fiche sur Desk/petite enfance

L'enseignement immersif et bilingue, de la maternelle au lycée

La Région soutient  la filière immersive Diwan et les fédérations de parents d’élèves du bilingue public (Div Yezh) et du bilingue privé catholique (Dihun). Elle promeut le bilinguisme précoce.

Pour ce qui concerne l’enseignement de la langue, elle soutient l’opération d’initiation à la langue bretonne menée par le Département du Finistère dans les écoles publiques monolingues. Dans les lycées, elle verse une dotation complémentaire aux établissements dispensant des cours de breton et, via le dispositif Karta, aide des actions pédagogiques intégrant la langue bretonne.

La Région est active au sein des instances académiques pour peser favorablement sur l’ouverture de nouveaux sites et le maintien des filières existantes.

Zoom sur les effectifs : En 2016-2017, 17 024 élèves suivent une scolarité bilingue en Bretagne historique : 43,9 % d'entre eux.elles sont inscrit.e.s dans un établissement public, 31,1 % dans un établissement privé et 24,9 % dans le réseau associatif Diwan. Ils.Elles étaient 10 409 en 2005-2006. Alors que le nombre de locuteur.rice.s diminue chez les plus de 19 ans, il augmente chez les moins de 18 ans : de 0,7 % en 1999, le taux de locuteur.rice.s est passé à 1,6 % en 2011. On doit très certainement y voir un effet du développement de l'enseignement bilingue.

Lire aussi : La langue bretonne, état des lieux

Former les futurs professeurs bilingues

La Région soutient les Universités de Rennes 2 et de Bretagne Occidentale pour la mise en place de formations spécifiques sur l'enseignement bilingue breton-français (à destination des étudiant.e.s de toutes les Licences qui se destinent à l'enseignement primaire et secondaire).

La Région soutient les étudiant.e.s en Master 1 enseignement bilingue grâce au dispositif Skoazell.

Voir la fiche sur les aides Skoazell

Elle cofinance les aides individuelles Desk/Enseignement (avec les départements du Finistère et du Morbihan) pour apporter un soutien aux personnes se destinant à l’enseignement bilingue, qui se forment à la langue bretonne dans un centre agréé.

Voir la fiche sur le dispositif Desk/enseignement

Produire et diffuser le matériel pédagogique

La Région cofinance le fonctionnement de Ti-Embann ar Skolioù (TES), service de Canopé qui diffuse gratuitement dans les écoles des manuels scolaires en breton (35 000 chaque année).

Apprendre, lire et parler le breton à tout âge

Les adultes investissent les cours du soir, stages courts, cours par correspondance ainsi que les stages intensifs en congé-formation pour apprendre le breton ou perfectionner leur pratique. Des cours de breton interactifs sont également disponibles sur le net : www.edubreizh.com

La Région soutient la structuration de l’offre de formation en breton par la fédération Deskiñ d’an Oadourien (DAO) ainsi que la campagne annuelle de promotion « Plijus ! ».

Elle mène une politique de soutien à la formation professionnelle longue (stages de 6 ou 3 mois) à la langue bretonne au sein de centres de formation professionnelle agréés (Kelenn, Mervent, Roudour, Skol an Emsav et Stumdi). Pour ces stages de 6 ou 3 mois, les stagiaires demandeur.se.s d’emploi peuvent être aidé.e.s par la Région via la prise en charge d'une partie du coût de la formation directement auprès du centre de formation ainsi que la rémunération des stagiaires.

Le Diplôme de Compétence linguistique (DCL) pour la langue bretonne (créé en 2010) sanctionne désormais ces formations par un diplôme d’Etat reconnu. Toute personne souhaitant valoriser sa compétence en langue bretonne, quel que soit son niveau (A2 à C1 selon le portfolio européen), peut s’inscrire à cet examen. La Région prend en charge l'intégralité des frais d’inscription des candidat.e.s.


Modifié le


Partagez ce contenu